Anglais

An independent Member of the European Parliament (MEP) has hit out at US nuclear double standards, arguing the US does not want Iran to enrich uranium beyond the 3.67 percent purity but it helps Australia get submarines fueled with weapon-grade uranium. In a post on Twitter, Mick Wallace called into question the US decision to help Australia get its first nuclear-powered submarine under a deal known as AUKUS. “US doesn't want #Iran to enrich uranium beyond 3.67 % but have no problem supplying #Australia with US nuclear submarines that use bomb grade uranium,” said part of the tweet. The Irish politician said the move could amount to violation of the Non-Proliferation Treaty (NPT). He also rebuked the US and its allies for making up rules, although claiming to adhere to the rules-based international order. “Is this a violation of Nuclear Non-Proliferation Treaty? Is 'Rules based International Order' #US + Allies making up the rules?” he asked. US doesn't want #Iran to enrich uranium beyond 3.67 % but have no problem supplying #Australia with US nuclear submarines that use bomb grade uranium - Is this a violation of Nuclear Non-Proliferation Treaty? Is 'Rules based International Order' #US + Allies making up the rules.? https://t.co/noRj21Rqrq — Mick Wallace (@wallacemick) October 13, 2021 The UK, Australia and the US have agreed a partnership to boost their defenses and share advanced technologies, including the acquisition of nuclear-powered submarines. The trio, now known by the acronym AUKUS, will see Australia cancel a contract to buy diesel-electric French submarines and instead build nuclear-powered submarines for the first time, using technology provided by the US. A transfer of this scale is also the first of its kind. Experts say the US decision to sell nuclear-powered submarines to Australia has put at risk longstanding but fragile global pacts to prevent the proliferation of dangerous nuclear technologies and could encourage other countries to freely sell their nuclear technology, and thus potentially expanding the number of countries who can build nuclear weapons. The submarines used by the US Navy and also the British use highly enriched uranium, or HEU, enriched to a level of 93 percent -- the same level of uranium concentration necessary for a powerful nuclear weapon. Only six countries -- the US, Britain, France, China, India and Russia -- have nuclear-powered submarines. The latest deal will make Australia the seventh nation to acquire nuclear-powered submarines. This comes as the US and its Western allies who have decided to sell to Australia military nuclear submarines that run on uranium enriched to a level of more than 90 percent have been scolding Iran for seeking to enrich uranium for peaceful purposes – mainly the production of electricity. Speaking at the 65th regular session of the International Atomic Energy Agency (IAEA) on September 22, Iran’s permanent ambassador to Vienna-based international organizations criticized the West for falsely accusing Iran of pursuing non-civilian nuclear technology while inking a deal on the provision of submarines fueled with weapon-grade uranium to another country. Iran hits out at US, UK over AUKUS deal on submarines fueled with weapon-grade uranium

Français

Un membre indépendant du Parlement européen (MPE) a critiqué le double standard nucléaire américain, arguant que les États-Unis ne veulent pas que l'Iran enrichisse l'uranium au-delà de la pureté de 3,67 %, mais cela aide l'Australie à alimenter ses sous-marins avec de l'uranium de qualité militaire. Dans un article sur Twitter, Mick Wallace a remis en question la décision des États-Unis d'aider l'Australie à obtenir son premier sous-marin à propulsion nucléaire dans le cadre d'un accord connu sous le nom d'AUKUS. "Les États-Unis ne veulent pas que l'Iran enrichisse l'uranium au-delà de 3,67% mais n'ont aucun problème à fournir à l'Australie des sous-marins nucléaires américains utilisant de l'uranium de qualité bombe", a déclaré une partie du tweet. Le politicien irlandais a déclaré que cette décision pourrait constituer une violation du traité de non-prolifération (TNP). Il a également reproché aux États-Unis et à leurs alliés d'avoir élaboré des règles, tout en prétendant adhérer à l'ordre international fondé sur des règles. « Est-ce une violation du Traité de non-prolifération nucléaire ? Est-ce que « l'ordre international basé sur des règles » #US + Alliés constituent les règles ? » Il a demandé. Les États-Unis ne veulent pas que l'#Iran enrichisse l'uranium au-delà de 3,67% mais n'ont aucun problème à fournir à l'Australie des sous-marins nucléaires américains utilisant de l'uranium de qualité bombe - Est-ce une violation du Traité de non-prolifération nucléaire ? Est-ce que « l'ordre international basé sur des règles » #US + Alliés constituent les règles ?https://t.co/noRj21Rqrq – Mick Wallace (@wallacemick) 13 octobre 2021 Le Royaume-Uni, l'Australie et les États-Unis ont conclu un partenariat pour renforcer leurs défenses et partager des technologies de pointe, notamment l'acquisition de sous-marins à propulsion nucléaire. Le trio, désormais connu sous l'acronyme AUKUS, verra l'Australie annuler un contrat d'achat de sous-marins français diesel-électriques et construire à la place des sous-marins à propulsion nucléaire pour la première fois, en utilisant la technologie fournie par les États-Unis. Un transfert de cette ampleur est également le premier du genre. Les experts affirment que la décision des États-Unis de vendre des sous-marins à propulsion nucléaire à l'Australie a mis en péril des pactes mondiaux de longue date mais fragiles visant à empêcher la prolifération de technologies nucléaires dangereuses et pourrait encourager d'autres pays à vendre librement leur technologie nucléaire, et ainsi potentiellement augmenter le nombre de pays. qui peut fabriquer des armes nucléaires. Les sous-marins utilisés par l'US Navy ainsi que par les Britanniques utilisent de l'uranium hautement enrichi, ou HEU, enrichi à un niveau de 93 pour cent – ​​le même niveau de concentration d'uranium nécessaire pour une arme nucléaire puissante. Seuls six pays - les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Chine, l'Inde et la Russie - ont des sous-marins à propulsion nucléaire. Le dernier accord fera de l'Australie le septième pays à acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire.Cela survient alors que les États-Unis et leurs alliés occidentaux qui ont décidé de vendre à l'Australie des sous-marins nucléaires militaires fonctionnant à l'uranium enrichi à plus de 90 % ont réprimandé l'Iran pour avoir cherché à enrichir de l'uranium à des fins pacifiques – principalement la production d'électricité. . S'exprimant lors de la 65e session ordinaire de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) le 22 septembre, l'ambassadeur permanent d'Iran auprès des organisations internationales basées à Vienne a critiqué l'Occident pour avoir faussement accusé l'Iran de poursuivre une technologie nucléaire non civile tout en concluant un accord sur la fourniture de sous-marins alimentés à l'uranium de qualité militaire vers un autre pays. L'Iran s'en prend aux États-Unis et au Royaume-Uni au sujet de l'accord AUKUS sur les sous-marins alimentés à l'uranium de qualité militaire

TraductionGratuit.com | Traduction Anglais-Français Système Gratuit, Fiable et Efficace?

Assurez-vous de respecter les règles d'écriture et la langue des textes que vous traduirez. Les utilisateurs doivent garder à l’esprit lors de l’utilisation du système de dictionnaires TraductionGratuit.com que les mots et les textes utilisés lors de la traduction sont stockés dans la base de données et partagés avec les autres utilisateurs dans le contenu du site Web. Pour cette raison, nous vous demandons de faire attention à ce sujet dans le processus de traduction. Si vous ne souhaitez pas que vos traductions soient publiées dans le contenu du site Web, veuillez contacter →"Contact" par courrier électronique. Dès que les textes pertinents seront supprimés du contenu du site.


Règles de confidentialité

Les fournisseurs tiers, y compris Google, utilisent des cookies pour diffuser des annonces en fonction des visites antérieures des internautes sur votre site Web ou sur d'autres pages. Grâce aux cookies publicitaires, Google et ses partenaires adaptent les annonces diffusées auprès de vos visiteurs en fonction de leur navigation sur vos sites et/ou d'autres sites Web. Les utilisateurs peuvent choisir de désactiver la publicité personnalisée dans les Paramètres des annonces. Vous pouvez également suggérer à vos visiteurs de désactiver les cookies d'un fournisseur tiers relatifs à la publicité personnalisée en consultant le site www.aboutads.info.